Logo Rio 2016

Le mois d’août a sans conteste été marqué par l’événement sportif international majeur que représentent les Jeux Olympiques d’été, organisés cette année à Rio de Janeiro du 5 au 21 août. Bénéficiant d’une audience extraordinaire de plus de trois milliards de téléspectateurs dans le monde, l’événement a été l’occasion pour les sportifs ou les délégations de faire passer de multiples messages,  cantonnés au monde du sport mais pas que, notamment lorsqu’il s’agissait de transmettre des messages politiques.

Tout d’abord, ces JO ont permis de faire rayonner notre pays : la France. Elle n’a pas à rougir de sa performance puisqu’elle a battu son record de Pékin 2008 en obtenant quarante-deux médailles, dont dix en or, dix-huit en argent et quatorze en bronze. Elle termine à la septième place, derrière le Japon et devant la Corée du Sud, mais est cinquième à égalité avec Allemagne en nombre de médailles. La France a pu compter sur des athlètes reconnus, comme Teddy Riner en judo, Renaud Lavillenie au saut à la perche ou Gauthier Grumier en escrime. Mais ce sont aussi des athlètes moins souvent médiatisés qui ont permis à la France de compléter sa moisson de médailles, avec des champions comme Denis Chanut Gargaud au canoë-kayak slalom ou Charline Picon à la voile. Tous les 4 ans, les Jeux Olympiques représentent une inestimable mise en avant pour des sportifs ou des disciplines méconnus, dans lesquels les Français excellent souvent. D’ailleurs notons le fabuleux palmarès de la boxe française (6 médailles) très peu anticipé par les spécialistes. Aujourd’hui le couple Tony Yoka – Estelle Mossely est le nouveau couple star du sport français et la boxe démontre, encore une fois, combien nos banlieues recèlent de talents et de créativité, ce que les médias et les politiques ont parfois tendance à oublier.

Sarah Ourahmoune

Mais au-delà du simple sport, certains athlètes diffusent des valeurs fortes. Remportant une très belle médaille d’argent, Sarah Ourahmoune a prouvé qu’il était possible de mener de front vie sportive, vie familiale et vie professionnelle puisqu’elle est simultanément championne, jeune maman et chef d’entreprise. Sa société, Boxer Inside organise des séminaires et des coachings sportifs en entreprise autour de la boxe : une belle image du lien possible entre le sport de haut niveau et le monde de l’entrepreneuriat, qui sont finalement tellement proches dans les valeurs qu’ils transmettent ! Citons aussi Denis Chanut Gargaud, champion olympique et chef d’entreprise.

Des messages, il y a en a eu d’autres, et des plus politiques. On pense à la magnifique démonstration de solidarité internationale, avec la participation aux épreuves d’une délégation de dix athlètes réfugiés. Apolitiques par nature et dans leurs revendications, les Jeux montrent cependant qu’il est impossible de rester indifférent face au sort de dizaines de millions de réfugiés, moins visibles que ces dix athlètes, en envoyant un symbole fort. Mais ne nous méprenons pas, cela marque aussi le souhait du Comité olympique de redorer en partie son image après les difficultés rencontrées dans l’organisation des Jeux à Rio et les accusations de corruption autour de l’attribution des Jeux dans le passé.

Feyisa Lilesa

La flamme olympique a également brillé d’une couleur politique du côté de Feyisa Lilesa, marathonien éthiopien, dont le geste courageux au passage de la ligne d’arrivée a fait le tour du monde. Le coureur a profité de son extraordinaire visibilité pour témoigner de sa solidarité envers les populations réprimées en Ethiopie, en levant les bras croisés vers le ciel. Depuis plus d’un an en effet, le gouvernement exerce dans ce pays de violentes répressions à l’égard des deux ethnies d’Oromos et d’Amharas. Mais le geste pourrait lui coûter cher et il a immédiatement fait part de craintes pour sa sécurité – voire davantage – à son retour en Ethiopie. Aussi, n’oublions pas enfin qu’après les Jeux Olympiques ont lieu les Jeux Paralympiques qui demeurent un formidable exemple d’humanité et pour lesquels on peut regretter une médiatisation et un intérêt moindre…

Ces différents exemples laissent penser que le sport aspire à être un vecteur de communication au-delà du traditionnel marketing qui en est fait, avec les contrats de sponsoring et les placements de produits.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *